PRÉVALENCE ET MODALITÉS DE PRISE EN CHARGE DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDE DANS LA CIRCONSCRIPTION DE BAB EL OUED

PREVALENCE AND MANAGEMENT OF RHEUMATOID ARTHRITIS IN THE DISTRICT OF BAB EL OUED

 

Résumé : Le but de cette étude est d’évaluer la prévalence et la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde (PR) dans la population de la circonscription de Bab El Oued (Alger), regroupant cinq communes.
Méthodes : Cette étude transversale concerne la population adulte (≥ 16 ans), couverte par l’assurance maladie. Étaient inclus les patients avec le code PR (C12-02), sélectionnés sur la base de données des réclamations de l’assurance maladie et répondant aux critères de l’American College of Rheumatology (ACR) de 1987 et/ou de l’ACR/EULAR de 2010.
Nous avons étudié les caractéristiques des patients, de la PR et les différents traitements.
Résultats : 157 991 sujets couverts par l’assurance maladie ont été recensés. Le diagnostic de PR a été retenu chez 244 personnes dont 89,34% étaient de sexe féminin. La prévalence de la PR a été estimée à 15% (IC à 95% 0,13-0, 17). L’âge moyen était de 60,54 ± 15,12 ans. La durée de la PR était de 10,75 ± 5,90 ans. Les comorbidités les plus fréquentes sont l’hypertension, l’ostéoporose et le diabète. La majorité des patients ont été cortisonés, 54% des patients étaient sous traitements de fond, seuls 2% étaient sous biothérapie.
Conclusion : Cette enquête suggère que la prévalence de la PR est faible et sa prise en charge reste  encore à améliorer.
Mots clés : Polyarthrite rhumatoïde, prévalence, traitement, Assurance maladie.

  

Objective : The aim of this study is to evaluate the prevalence and management of rheumatoid arthritis (RA) in the population of Bab El Oued district, (Algiers), comprising five municipalities.
Methods : This cross-sectional study concerns adult population (≥ 16 yrs) covered by health insurance. Were included patients with RA code (C12- 02), selected on health insurance claims database and meeting the 1987 American College of Rheumatology (ACR) and/or 2010 ACR /EULAR criteria.
Characteristics of patients, of RA and treatments were evaluated in this study.
Results : A total of 157 991 subjects covered by health insurance were involved in this study. RA was diagnosed in 244 individuals. Female gender was prevalent (89, 34%). The estimated prevalence of RA was 15% (95% CI 0, 13-0, 17). The mean age was 60.54 ± 15.12 years. RA mean duration was 10.75 ± 5.90 years. RA prevalence was significantly higher in females than males (p<0.0001). The most frequent comorbidities are hypertension, osteoporosis and diabetes. Majority of patients received
corticosteroids, 54% of patients were on disease-modifying treatments, and only 2% were on biological treatment.
Conclusion : This survey suggests that the prevalence of RA is low and its management still needs to be improved.

  •  INTRODUCTION  

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire associée à un excès de mortalité, ses conséquences socio-économiques sont considérables. Evaluer la fréquence et les modalités thérapeutiques de cette affection sont des éléments importants pour en apprécier les conséquences en termes de santé publique.

La prévalence de la PR est diversement estimée dans le monde. Elle varie de 0.5 à 1.0% en Europe et dans la population nord-américaine.

En Afrique, elle est de 0,13% à 2,5%[1,2]. Les études concernant la prévalence de la PR en Afrique du nord et en particulier en Algérie sont rares.
Une étude réalisée dans le sud est Algérien suggère une prévalence faible (0.13%)[3]. Pour estimer la prévalence de la PR à Alger, nous avons mené une enquête transversale, épidémiologique dans la circonscription de BabEl-Oued (BEO), à travers les données des caisses nationales de sécurité sociale (caisse nationale des assurances sociales des salariés (CNAS), caisse nationale des non-salariés (CASNOS) et le centre des travailleurs de BEO.
La circonscription de BEO, située au centre d’Alger, est composée de plusieurs communes (Bab El Oued, Bologhine, Casbah, Oued Koriche et Hammamet).

  • MÉTHODES 

La prévalence de la PR dans la circonscription de BEO a été déterminée à partir de l’analyse des données de l’assurance maladie de 2017 qui porte sur la population du régime général de la CNAS, de la CASNOS et de la caisse des travailleurs de la circonscription de Bab El Oued.
Ont été retenus, les patients âgés de plus de 16 ans, ayant « une affection rhumatologique longue durée (C12)», contenant le code relatif à la PR (02), sélectionnés sur le système d’information propre au service médical des différentes caisses d’assurance et /ou sur fiches ou dossiers fournissant les informations administratives et médicales des patients.
Tous les dossiers de patients atteints de PR ont été revus, réexaminés et contrôlés par le rhumatologue (bilan biologique, immunologique, radiologique, échographie).

Une consultation était programmée par le médecin conseil en collaboration avec le rhumatologue en cas de doute diagnostique. Ont été retenus les sujets présentant une PR répondant aux critères de l’American College of Rheumatology (ACR 1987) ou ACR/EULAR 2010.
La prévalence a été déterminée en calculant le rapport entre le nombre de patients atteints de PR/le nombre total de sujets assurés.
Nous avons déterminé les caractéristiques de la population : sexe, âge, antécédents, durée de la maladie et le type de traitement (TRT) reçus comprenant les antalgiques, les antiinflammatoires non stéroïdiens, les corticoïdes, les traitements de fond.
Les données descriptives sont exprimées par la moyenne ± déviation standard, la prévalence estimée est représentée avec un IC à 95%.
La comparaison de la prévalence hommes/ femmes a fait appel au test χ2, la différence est significative entre les deux variables si P<5%.
Nous avons utilisé le logiciel epi info 6 pour saisir et exploiter les données de l’étude.
L’étude a été réalisée entre janvier et avril 2017 dans la circonscription de BEO. 

  • RÉSULTATS

Un total de 157 991 assurés dont 84390 hommes et 73601 femmes. Parmi cette population 149 472 adultes étaient assurés par la CNAS et le centre des travailleurs, 8519 par la CASNOS.

Sur 157 991 patients assurés, 244 cas de PR ont été relevés dont 218 femmes (89,34%) et 26 hommes (10,66%), avec un sex-ratio 1 homme/12 femmes.
La prévalence globale de la PR était de 0.15% (IC 95% : 0,13-0,17).
La prévalence de la PR chez la femme est de 0,29% (IC 95% 0,2 - 0,33) ;
La prévalence de la PR chez l’homme est de 0,03% (IC 95% 0,02- 0,04)
Cette différence entre les hommes et les femmes était statistiquement significative (P <0,0001).
Les caractéristiques de cette population de PR sont résumées dans le tableau 1. L’âge moyen était de 60.54 ± 15.12 ans, la médiane était de 59 ans (extrêmes 23 ans et 95 ans).
Les classes d’âge les plus représentées étaient les 51-60 ans et 71-80 ans (tableau 2). Parmi ces patients, 37,71% étaient hypertendus, 16,53% diabétiques, 7,63% avaient une dyslipidémie et 35.59% étaient traités pour ostéoporose.
La durée d’évolution moyenne de la PR était de 10.75 ± 5.90 ans avec des extrêmes de 1 et 34 ans. Les ACPA ou anticorps anti protéines citrulinées et les facteurs rhumatoïdes étaient positifs respectivement chez 72% et 64% des patients.
Au moment de l’enquête, nous avons observé que 82.2% des patients consommaient des antalgiques (76.71% palier 1), 92,36% ont consommé des corticoïdes et la dose moyenne était de 7.096 ± 4.201. (40.25% ont été sevrés au moment de l’analyse) et 49.57% consommaient des antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS).
Concernant les DMARDs (disease modifing antirheumatic drugs), le méthotrexate (MTX) était prescrit dans 31,36%, à une dose moyenne de 13.76 ± 3.62.39.4% des patients recevaient de l’acide folique.12,71% des patients étaient sous le flunomide, 9,75% sous salazopyrine (SLZ) et 21,61% étaient traités par l’hydroxychloroquine
(HDQ). 2% des patients ont reçu une biothérapie, 35,59% avaient une ostéoporose et recevaient un
bisphosphonate. 84,32% des patients étaient traités par un rhumatologue. 9,75% par un médecin interniste, 2,97% par un généraliste et 2,54% étaient suivis par un orthopédiste.

Tableau 1 : Caractéristiques générales de la population étudiée

Tableau 2 : Répartition des PR en fonction de l’âge despatients

  • DISCUSSION

A travers cette étude, la prévalence de la PR a été estimée à 0,15%. Elle est significativement plus élevée dans le sexe féminin par rapport au sexe masculin. La population la plus souvent concernée se situe dans les tranches d’âge 51- 60 et 71-80 ans. Cette prévalence est proche de celle rapportée dans le sud est Algérien (Barika),estimée en 2014 à 0,13% (95% CI 0,10, 0,17)[3].
La fréquence de la PR varie d’un pays à l’autre (tableau 3). Dans les pays du bassin méditerranéen (elle varie entre 0,24% et 0,68%[4-10], tableau 3.
La Grèce, se situe en tête avec une prévalence égale à 0.68% (95% CI 0.51-0.85)[6].
En France, elle est de 0,31% (IC 95% 0,18 -0,48)4] alors qu’en Espagne, elle est estimée à 0.5% (95% CI 0.25 - 0.85) 0.8% chez la femme et 0.2% chez  l’homme[5].

En Turquie, elle est de 0,36% [7].
La prévalence observée dans notre étude est faible par rapport à celle observée dans les pays Africains bordant la méditerranée. En Égypte, elle est de 0, 29% (IC 95% : 0, 14 à 0, 44)[8] Il faut souligner que les travaux concernant la prévalence de la PR en Afrique et au Maghreb
sont rares[1,9-11].
Elle est de 0,37% (IC 95% : 0,01 à 0,74) au Lesotho[10] et de 0.6% (IC à 95% 0,40 à 0,80) en République démocratique du Congo[11].

Dans certains pays du Sahel, des études rapportent l’absence de cas de PR [1].

Tableau 3 : Prévalence de la PR dans les pays africains et pays méditerranéens

En France, des différences régionale sont été constatées comme dans le Nord-Pas-de-Calais, par comparaison aux régions du sud.
La prévalence de la PR est variable d’un pays à l’autre, ceci pourrait être expliqué non seulement par le caractère très hétérogène de cette affection, les disparités entre les populations, mais également par l’approche méthodologique différente d’une étude à une autre. Ainsi, dans une étude réalisée à travers une enquête téléphonique estimant la prévalence de la PR en Bretagne, le chiffre relevé était de 0,62%[13], tandis que l’étude EPIRHUM-2 rapporte une estimation à 0,14% en 2001[12].
Par ailleurs, une importante revue de la littérature évaluant l’incidence et la prévalence de la PR montre la variabilité d’une étude à une autre et les données contradictoires concernant l’évolution de la fréquence de la PR [14].

Néanmoins, une étude basée sur les données d’assurance maladie, menée aux Etats Unis,montre une augmentation de la prévalence de la PR lors de la dernière décennie[15].
Cette faible prévalence de la PR observée dans notre étude pourrait être liée à une sous-estimation de la population atteinte de PR car seuls les sujets assurés ont été pris en compte. Un autre biais possible, est l’omission de cas par les médecins traitants. Dans cette étude, les patients inclus avaient tous une PR confirmée répondant aux
critères de l’ACR 1987 et ACR/EULAR 2010[16].
Les progrès réalisés dans le diagnostic de la PR, la mise au point de nouveaux critères de classification rendent compte de la variabilité de la prévalence de la PR. Il existe également une variation des facteurs de risque génétiques, environnementaux et/ou socio-culturels. Dans cette population d’étude, l’hypertension artérielle, l’ostéoporose et le diabète sont les comorbidités les plus fréquemment associées. Par ailleurs, la majorité des patients était suivie par un rhumatologue et nous constatons que le MTX
n’est utilisé que dans un tiers des cas. La dose relevée était en moyenne de 13.76 mg /semaine, celle recommandée par les sociétés savantes se situe entre 15 et 25 mg/semaine.
La corticothérapie est largement utilisée à une dose non négligeable ce qui représente un facteur de risque d’hypertension artérielle, de diabète et de fractures ostéoporotiques (plus de 1/3 de la population est hypertendue et ostéoporotique).
La PR est elle-même un facteur de risque d’ostéoporose et selon l’enquête, seuls 1/3 des
patients étaient sous bisphosphonates.

Ces derniers sont des molécules largement utilisées dans le TRT et la prévention des fractures ostéoporotiques. En revanche, la consommation des antalgiques et des AINS était élevée. Enfin, peu de patients bénéficient de traitements biologiques.
Ces constatations montrent que des efforts sont à déployer afin d’améliorer la prise en charge de ces patients. Celle-ci doit répondre aux recommandations actuelles[17,18].

  • CONCLUSION

À travers cette enquête, la prévalence de la PR est faible par rapport à celle observée dans les autres pays Africains et méditerranéens. Cette fréquence basse incite à entreprendre d’autres études et mérite d’être approfondie. La prise en charge de cette affection doit répondre aux recommandations nationales et internationales, l’organisation de journées de formation médicale continue est nécessaire.

  • RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Silman A, Hochberg MC. Epidemiology of rheumatic diseases. Oxford: OxfordUniversity Press; 2000.
2. Usenbo A. Prevalence of Arthritis in Africa: A Systematic Review and Meta-Analysis PLOS ONE | DOI:10.1371/journal.pone.0133858 August 4, 2015.
3. Slimani S, Ladjouze-Rezig A. Prevalence of rheumatoid arthritis in an urban population of Algeria : a prospective study. Rheumatology (Oxford). 2014 ; 53(3) : 571–3. Epub 2014/01/16. doi: 10.1093/rheumatology/ ket446 PMID : 24425779.
4. Guillemin F, Saraux A, Guggenbuhl P, et al. Prevalence of rheumatoid arthritisin France : 2001. Ann Rheum Dis 2005;64:1427–30.
5. Carmona L, Villaverde V, Hernandez-Garcia C, et al. The prevalence of rheumatoid arthritis in the general population of Spain. Rheumatology (Oxford) 2002 ; 41 : 88–95.
6. AndrianakosA, Trontzas P, ChristoyannisF. etal.Prevalence and management of rheumatoid arthritis in the general population of Greece— the ESORDIG study. Rheumatology 2006;45:1549–1554doi:10.1093/ rheumatology/kel140
7. Akar S, Birlik M, Gurler O, Sari I, Onen F, Malisali M, et al. The prevalence of rheumatoid arthritis in an urban population of Izmir-Turkey. ClinExp Rheumatol 2004 ; 22 : 416-20.
8. Abdel-Nasser A, Abdel-Tawab R, Mahmoud J, Sammy A, Abdel-Fattah M. The prevalence of rheumatoid arthritis in rural Egypt: A WHO-ILARCOPCORD Study (Conference Poster). 2004.
9. Solomon L, Robin G, Valkenburg HA. Rheumatoid arthritis in an urban South African Negro population. Ann Rheum Dis. 1975 ; 34(2):128–35. Epub 197 5/04/01.
10. Moolenburgh JD, Valkenburg HA, Fourie PB. A population study on rheumatoid arthritis in Lesotho, southern Africa. Ann Rheum Dis. 1986 ; 45(8): 691–5.
11. Malemba J, Mbuyi-Muamba JM, Mukaya J et al. The epidemiology of rheumatoid arthritis in Kinshasa, Democratic Republic of Congo—a population-based study. Rheumatology 2012;51:1644_7.
12. Emmanuel Biver, Beague, V, Verloop, D et al. A lower and stable prevalence of Rheumatoid Arthritis in the North of France ?Joint Bone Spine (doi:10.1016/j.rhum.2008.11.017).
13. Saraux A, Guedes C, Allain J, et al. Prevalence of rheumatoid arthritis and spondyloarthropathy in Brittany, France. J Rheumatol 1999 ; 26: 2622–7.
14. Minichiello Émeline, Semeranoa Luca, Boissier Marie-Christophe. Évolution dans le temps de la polyarthrite rhumatoïde : incidence, prévalence, gravité. Revue systématique de la littérature, Revue du rhumatisme- Vol. 84 - N° 1 - p. 9-16 (2016) Joint BoneSpine.
15. Theresa M. Hunter,Natalie N. Boytsov, Xiang Zhang et al. Rheumatol Int. DOI 10.1007/s00296-017-3726-1.Prevalence of rheumatoid arthritis in the United States adult population in health claims databases, 2004- 2014.
16. Funovits J, Aletaha D, Bykerk V, Combe B, Dougados M, Emery P, et al. The American College of Rheumatology/European League Against Rheumatism classification criteria for rheumatoid arthritis: methodological report Phase 1. Ann Rheum Dis 2010; 69: 1589–95.
17. Combe B, Landewe R, Daien C.I, et al. 2016 update of the EULAR recommendations for the management of early arthritis. Ann Rheum Dis, 76 (2017), pp. 948-959.
18. Daien C et al. Update of French society for rheumatology recommendations formanaging rheumatoid arthritis/ Joint Bone Spine 86 (2019) 135–150.

 

 

 

 

 

 

 

 



Revue SAI N° 06 : 1er Semestre 2022