ANALBUMINÉMIE CONGÉNITALE : À PROPOS D’UN CAS

CONGENITAL ANALBUMINEMIA : A CASE REPORT

Résumé : L’analbuminémie congénitale est une pathologie autosomique récessive caractérisée par l’absence d’albumine sérique. Sa prévalence est estimée à 1 cas/1million, avec moins de 90 cas décrits dans la littérature et 27 mutations identifiées sur le gène ALB codant pour l’albumine. C’est un pathologie qui peut être bruyante à la naissance mais elle est peu symptomatique à l’âge adulte.
Nous rapportons un cas d’analbuminémie congénitale révélé par un bilan biologique. Le diagnostic a été retenu après exclusion de toutes autres pathologies secondaires à une hypo-albuminémie. Le dépistage familial par biologie retrouve un frère porteur de la même pathologie. Une étude génétique est requise pour l’identification de la mutation impliquée.
Mots clés : Analbuminémie congénitale, profil protéique, hyperlipidémie, dépistage.

 

Abstract : Congenital analbuminemia is an autosomal recessive pathology characterized by the absence of serum albumin. Its prevalence is estimated at 1 case/1 million, 90 cases are described in the literature with 27 mutations identified on the ALB gene coding for albumin. Affected patients present only a few clinical signs most often associated with biochemical abnormalities. We report a case of congenital analbuminemia revealed by a biological assessment. The diagnosis was retained after exclusion of all other pathologies secondary to hypo-albuminemia. Family screening by biology found a brother carrying the same pathology. A genetic study is required for the identification of the mutation involved.
Keywords : Congenital analbuminemia. protein profile, hyperlipidemia, screening.

 

  • INTRODUCTION

L’albumine, exclusivement synthétisée par le foie, représente 50 à 60% des protéines plasmatiques totales soit 35-45g/l(1). Elle joue un rôle fondamental dans le maintien de l’homéostasie de l’organisme en assurant 80% de la pression oncotique intravasculaire(2). Elle a également le rôle de ‘’CARRIER’’ pour véhiculer un certain nombre
d’hormones, d’acides gras et de médicaments. La diminution de l’albumine peut être soit acquise en cas de carence d’apport alimentaire, de diminution de synthèse, ou de pertes rénales, digestives ou cutanées(3), soit d’origine génétique dans le cadre de l’analbuminémie congénitale.
L’analbuminémie congénitale (AC) est une anomalie exceptionnelle, caractérisée par une absence ou une réduction majeure de la concentration plasmatique de l’albumine en absence d’autres causes d’hypo-albuminémie.
Chez les patients atteints la concentration d’albumine varie de moins de 1g/l à 10 g/l(4). Décrite pour la première fois par Bennhold en 1954(5). Sa prévalence est estimée à moins de 1 cas sur 1 millions(5).
A ce jour et selon le registre international des analbuminémies(5) 90 cas sont décrits. La maladie semble survenir sans prédilection géographique, sexuelle ou ethnique (6).
L’AC est une maladie héréditaire à transmission autosomique récessive, pour laquelle la consanguinité des parents a été retrouvée chaque fois qu’une étude familiale a pu être effectuée, 22 mutations ont été identifiés sur le gène ALB codant pour l’albumine. Ce gène de 17Kb situé sur le bras long du chromosome 4 (4q13.3), comporte 15
exons et 14 introns(7).

  • CAS CLINIQUE

Il s’agit d’une patiente âgée de 24 ans, originaire de l’ouest Algérien, issue d’un mariage consanguin. Les parents, cousins de premier degré, sont vivants et bien portants. La patiente est la quatrième d’une fratrie de six, quatre garçons et trois filles, dont une est décédée à l’âge de six mois.
La patiente ne présentant aucun antécédent personnel, rapporte depuis six mois une asthénie majeure associée à un lymphœdème unilatéral, traité par des séances de drainage lymphatique en rééducation fonctionnelle, et adressée au service de médecine interne pour enquête étiologique.
La patiente a bénéficié d’une électrophorèse des protéines sériques (EPP) et urinaire (EPU), d’un profil protéique sérique incluant le dosage de la majorité des protéines. Par ailleurs un bilan lipidique et rénal a été entrepris.

  • RÉSULTATS ET DISCUSSION

L’EPP effectuée en première intention, a montré l’absence de la bande d’albumine avec hypoprotidémie modérée (45g/l). Les autres bilans ont
donné les résultats suivants :
4 Le dosage de l’albumine par laser néphélémétrie retrouve une valeur inférieure au seuil de sensibilité soit inférieur à 0.335mg/l.
4 L’électrophorèse urinaire sur les urines de 24h (Diurèse = 0.5L) n’objective aucune trace de protéines avec une protéinurie de 24h à 0.07g/l.
4 Les résultats du profil protéique sérique, du bilan lipidique et rénal sont reportés dans le tableau 1.Au terme de ces résultats le diagnostic d’une AC a été retenu. Toutes autres causes d’une diminution secondaire d’albumine ont été exclues (perte rénale, gastro-intestinale, cutanée ou défaut de synthèse par atteinte hépatique).
L’AC est considérée dans la majorité des cas, comme une affection bénigne dans la population adulte. Le registre international des analbuminémies rapporte que chez les patients atteints peu de signes cliniques sont présents(5) en effet chez la patiente les seuls signes retrouvés sont représentés par des lymphœdèmes, une asthénie, et une hypotension. La lipodystrophie et l’insuffisance cardiaque congestive sont absents.
La pauvreté des manifestations cliniques au cours de l’AC serait attribuée à une augmentation compensatrice de la biosynthèse d’autres protéines plasmatiques par le foie, mais également une augmentation des immunoglobulines sériques (Ig) (8,9). Chez notre patiente, cette compensation a été assurée essentiellement par l’alpha-1 antitrypsine et les IgG (Tableau 1). Cette compensation explique également l’hypoprotidémie modérée (45g/l) contrastant avec l’hypoalbuminémie sévère.
Les individus atteints d’AC présentent souvent une lipodystrophie et une hypercholestérolémie pouvant probablement conduire au développement précoce d’athérosclérose et à une augmentation du risque cardiovasculaire(8). Ce qui est en accord avec les résultats du bilan lipidique de la patiente montrant une dyslipidémie avec une augmentation significative de la concentration du cholestérol total et des LDL cholestérol, avec une concentration normale des HDL cholestérol (Tableau 1).
Ce profil est caractéristique des patients avec AC. Bien que des études cinétiques aient permis de mettre en évidence chez ces sujets à la fois une production accrue des béta lipoprotéines et une diminution de leur catabolisme, le rôle précis de l’albumine dans la régulation des lipoprotéines n’est pas complétement élucidé(10).
Paradoxalement chez le fœtus ou le nouveau-né, l’AC semble plus grave et serait responsable de mort fœtale ou néo-natale fréquemment observé dans la fratrie des sujets atteins d’AC(7), ce qui pourrait correspondre au décès d’une sœur de la patiente à l’âge de six mois chez qui on n’a pas établi la cause de la mort. Le très faible nombre de
cas décrit dans la littérature reflèterait l’importante létalité gestationnelle et infantile liée à cette anomalie(8).
Tableau 1 : Résultats du profil protéique sérique, du bilan lipidique et rénal de la patiente

Albumine non détectable par laser néphélométrie (BN prospect), élévation compensatrice des IgG et de l’anti trypsine avec un profil lipidique caractéristique des patients atteints d’analbuminémie.

Figure 1 : Électrophorèse des protéines sérique de la patiente. Hypoalbuminémie à l’électrophorèse des protéines sériques sur gel d’agarose  avec hyper Bêta et gammaglobulinémie.

Dans le cadre du dépistage familial, le père et les trois frères de la patiente âgés respectivement de 31, 27 et 10 ans ont bénéficié des mêmes explorations biologiques :
Le père de la patiente âgé de 63 ans, ne présente aucun antécédent pathologique, toutes les causes secondaires d’hypoalbuminémie ont été exclues chez lui. Le dosage pondéral d’albumine est de 27g/l, ce qui concorde probablement avec une AC hétérozygote, étant donné que l’analbuminémie est une maladie héréditaire de transmission
autosomique récessive.
Parmi les trois frères, l’un d’eux, âgé de dix ans, présente les mêmes caractéristiques biologiques que la patiente (Tableau 2), mais la compensation de l’analbuminémie a été assurée par une augmentation des α globulines, de la transferrine et les IgE sériques (figure 2, tableau II) avec cliniquement un retard staturo-pondéral, associé à
un terrain d’atopie respiratoire (IgE totales à 1690 UI de spécificité anti Derm. pteronyssinus et anti Derm.farinae).
Le bilan lipidique montre les mêmes anomalies que celles retrouvées chez la sœur.
Ces résultats concordent avec ceux retrouvés dans la littérature pour les cas rapportés d’AC diagnostiqués durant l’enfance(4,7). Néanmoins on ne connait pas les risques à long terme de l’AC au sein de cette population. Une étude longitudinale est recommandée(10).
La prise en charge de la patiente assurée actuellement au service de médecine interne, vise la prophylaxie et essentiellement le traitement des possibles complications cardiovasculaires dues à l’hypercholestérolémie et à l’athérosclérose.  

Figure 2 : Électrophorèse des protéines sériques du frère de la patiente.

Tableau 2 : Résultats du profil protéique sérique, du bilan lipidique et rénal du frère.

  • CONCLUSION

L’albumine reste un paramètre biologique fréquemment analysé dans les laboratoires de biologie médicale, tout particulièrement en milieu hospitalier.
L’EPP permet de mettre en évidence l’analbuminémie congénitale et le dosage pondéral de l’albumine est indispensable au diagnostic biologique. Le diagnostic moléculaire pour la patiente et les membres de sa famille est requis pour déceler la mutation en cause, et mettre à jour le registre international des analbuminémies.

  • RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Bach-Ngohou K, S.Schmitt. les dysalbuminémies. Ann Bioclin 2005 : 63 (2) : 127-34
2. Kragh-Hansen, U., Minchiotti, L., Galliano, M., and Peters, T. Human serum albumin isoforms: genetic and molecular aspects and functional consequences. Biochim Biophys.2013.
3. Lorenzo Minchiotti, Gianluca Caridi, Monica Campagnoli1. Diagnosis, Phenotype, and Molecular Genetics of Congenital Analbuminemia. Front. Genet., 17 April 2019. |
4. Patrizia Suppressa Concetta Carbonara Francesca Lugani. Congenital analbuminemia in a patient affected by hypercholesterolemia: A case report. world j clin cases.2019 : 466-472.
5. The Albumin Website. http://www.albumin.org
6. M. Eyraud P. Boussard-Colombey G. Dalemen. Analbuminémie congénitale : à propos d’un cas. December 2019. La Revue de Médecine Interne 40 : A187
7. Lorenzo Minchiotti,1 Monica Galliano,1 Ulrich Kragh-Hansen,et col. Mutations and Polymorphisms of the Gene of the Major Human Blood Protein,Serum Albumin. human mutation 29(8),1007 1016,2008
8. S. Aboulkacem a, K. Arem a, M. Ayoub. Congenital analbuminemia complicated by relapsing acute coronary syndrome : A case report and literature review. Annales de cardiologie et d’angiologie .j. ancard.
2021.06.004
9. A novel splicing mutation causes an undescribed type of analbuminemia Monica Campagnoli Biochimica et Biophysica Acta 1586 (2002) 43^49
10. Toye JM1, Lemire EG, Baerg KLPerinatal and childhood morbidity and mortality in congenital analbuminemia. Paediatr Child Health. 2012 Jun ; 17(6) : e20-3

 

 



Revue SAI N° 06 : 1er Semestre 2022