PIÈGES DIAGNOSTIQUES DES GAMMAPATHIES MONOCLONALES À L’IMMUNOFIXATION : À PROPOS DE DEUX CAS.

TRAPS DIAGNOSIS OF MONOCLONAL GAMMOPATHIES BY IMMUNOFIXATION : ABOUT TWO CASES.

 

Résumé : L’immunofixation est actuellement utilisée comme outil de typage des immunoglobulines monoclonales détectées par ailleurs sous formes de pics à l’électrophorèse des protéines sériques.
Dans la plupart des cas l‘interprétation des résultats est aisée, cependant des difficultés peuvent être rencontrées en pratique quotidienne. Deux exemples d’interprétation délicate sont présentés : un cas d’immunofixation révélant deux bandes monoclonales à IgA Kappa faisant suspecter une gammapathie biclonale, et un second cas caractérisé par la présence d’une IgM monoclonale monomérique. Ces exemples soulignent l‘importance de l’interprétation de l’immunofixation par un biologiste spécialisé.
Mots clés : Gammapathie monoclonale, Immunoglobuline monoclonale, immunofixation

 

Abstract : Immunofixation is currently used in medical biology laboratory, as a diagnostic and typing tool for monoclonal immunoglobulins detected in the protein electrophoresis. In most cases, interpretation of the results is easy. However, difficulties persist in daily practice. Two examples that have posed interpretation difficulties for serum immunofixation are presented : A case of double monoclonal band of IgA Kappa on immunofixation electrophoresis witch suspected biclonal gammapathy. Reducing agent such as β2-mercaptoethanol (BME) used in these case allowed to solve the problem and to make a diagnosis. A second case of monoclonal IgM and again the use of BME allowed to demonstrate that is a IgM 7 (monomeric) not 19S (pentameric). These examples underline the importance of immunofixation and the quality of the reagents used. The comparison of the results should make it possible to resolve the difficulties of interpretation encountered in the daily practice of immunofixation
Keys words : Monoclonal gammopathy, monoclonal antibody, immunofixation.

  •  INTRODUCTION

Les gammapathies monoclonales (MG) sont des troubles plasmocytaires chroniques, caractérisés par la présence d’un composant monoclonal (MC), produit par un clone de lymphocytes B dérégulé qui continue de proliférer et de sécréter des immunoglobulines intactes ou des parties d’immunoglobulines[1]. Le spectre des MG va du myélome multiple (MM) malin avec une surproduction d’un MC, à une présentation atypique, comme dans le MM non sécrétant ou certains cas d’amylose primaire (AL)[2,3].
L’International Myeloma Working Group (IMWG) a revu en 2014 les critères de diagnostic de ces maladies plasmocytaires[4,5]. Ainsi les modalités du diagnostic immunochimique ont été précisées et reposent sur la réalisation d’une analyse conjointe du sérum et des urines par au moins une électrophorèse et recommande que l’immunofixation soit le «gold standard» pour l’identification des isotypes du MC, auxquelles on adjoindra le dosage des free light chaines[6].
L’immunofixation des protéines est une technique qualitative, appliquée à l’identification des immunoglobulines monoclonales dans le sérum, et les urines pour mettre en évidence le caractère monoclonal basé sur l’homogénéité structurale des molécules constituant l’immunoglobuline monoclonale impliquée[7]. Cette homogénéité protéique caractéristique est la base de sa mobilité électrophorétique étroite propre à chaque immunoglobuline monoclonale[8]. En raison de sa sensibilité, ce test est actuellement utilisé dans les laboratoires de biologie médicale[9].
L’interprétation des résultats est facile, mais il existe des cas, qui posent des difficultés d’interprétation. Nous rapportons deux cas cliniques ayant posé des difficultés d’interprétations à l’immunofixation CAS CLINIQUE 1 : Madame BM, de sexe féminin, âgée de 73 ans adressé par le service d’hématologie pour une suspicion de myélome multiple.

L’électrophorèse des protéines sériques a révélé la présence de deux bandes homogènes de forte concentration, migrant dans les zones bêta et gamma des globulines avec une diminution des immunoglobulines polyclonales.
L’immunofixation a révélé la présence de 2 bandes homogènes au niveau des pistes de l’anti-chaîne lourde alpha et de l’anti-chaîne légère Kappa (figure 1).
Après traitement du sérum par une solution réductrice de 2-mercaptoéthanol (BME) une nouvelle immunofixation a montré la disparition de la deuxième bande monoclonale. Ceci a permis de porter le diagnostic d’une immunoglobuline monoclonale de type IgA Kappa après élimination de la polymérisation (figure 2).

Figure 1 :Résultat de l’électrophorèse et de l’immunofixation sérique montre la présence de deux bandes homogènes migrant dans les zones bêta et gamma des globulines

Dans ce cas, la présence conjointe de 2 bandes étroites de même isotype, pose le problème de distinction entre une immunoglobuline monoclonale unique polymérisée ou de deux immunoglobulines monoclonales issues de deux clones différents. Cette difficulté a été résolu par le traitement préalable de l’échantillon par le BME en association avec le fluidil[10].
Ce traitement réducteur a permis de couper les ponts disulfures et d’homogénéiser la mobilité électrophorétique et de garder ainsi, une seule protéine composée d’une immunoglobuline monoclonale complète de type IgA Kappa[7].

Figure 2 :Résultat de l’électrophorèse et de l’immunofixation sérique montre la disparition de la deuxième bande monoclonale après traitement du sérum par une solution réductrice de 2-mercaptoéthanol (BME)

CAS CLINIQUE 2 :
Madame B. AJ de sexe féminin âgée de 65 ans,adressée au laboratoire d’immunologie pour une suspicion de gammapathie monoclonale.
L’électrophorèse des protéines sériques a révélé la présence d’un pic à base étroite migrant dans la zone des gamma globulines avec une diminution des autres classes d’Ig.
Une immunofixation des protéines sériques a montré une bande étroite au niveau des pistes avec les immun-sérums anti-chaîne lourde mu et anti-chaîne légère Kappa, ce qui confirme la présence d’une l’immunoglobuline monoclonale d’isotype IgM Kappa (figure 3).

Figure 3 :Résultats de l’électrophorèse et l’immuno électrophorèse sérique montre la présence d’une l’immunoglobuline monoclonale d’isotype IgM Kappa.

Pour la détermination du type moléculaire de cette IgM une nouvelle immunofixation par adjonction d’un traitement réducteur du sérum par le BME a révélé la persistance d’une bande monoclonale ce qui confirme la présence d’une IgM monomérique 7S et non d’une IgM pentamérique 19S en faveur d’un myélome à IgM monomérique 7S (figure 4).

Figure 4 :Résultat d’électrophorèse et d’immunofixation sérique par BME et confirmation par d’une IgM Kappa monomérique

  • CONCLUSION

L‘immunofixation est considérée actuellement comme le gold standard pour le typage des immunoglobulines monoclonales. Bien qu’aisée l’interprétation des résultats pose parfois quelques difficultés et le biologiste doit avoir à l’esprit le recours à des protocoles standards simples à l’exemple du BME pour éviter certains pièges diagnostiques.

  • RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Guilal, R., N. Settouti, and M. Chikh, Myélome Multiple: étude descriptive des données en pratique clinique. 2020, Biomedical Engineering Laboratory, Tlemcen University Algeria.
2. Zrikem, H., A. Jahdaoui, and S. Aboulmakarim. Les dysalbuminémies qualitatives sur électrophorèse capillaire des protéines sériques: à propos de 70 cas. in Annales de Biologie Clinique. 2022.
3. Lina, M. and M. Ruhai, Value and Clinical Significance of Quantitative Energy Spectrum CT Multiparameter Imaging in the Diagnosis of Multiple Myeloma. IMAGING SCIENCE AND PHOTOCHEMISTRY, 2022. 40 (1): p. 100.
4. Kyriakou, C., et al., The role of cement augmentation with percutaneous vertebroplasty and balloon kyphoplasty for the treatment of vertebral compression fractures in multiple myeloma: a consensus statement from the International Myeloma Working Group (IMWG). Blood cancer journal, 2019. 9(3) : p. 1-10.
5. Rizzo, O., et al., Amylose AL. Correspondances en Onco-Hématologie, 2021. 16 (novembre-décembre).
6. Singh, G., Serum and urine protein electrophoresis and serumfree light chain assays in the diagnosis and monitoring of monoclonal gammopathies. The journal of applied laboratory medicine, 2020. 5(6): p. 1358-1371.
7. Karfo, R., et al., Interprétation délicate de l’immunofixation des protéines sériques. The Pan African Medical Journal, 2018. 30.
8. Rochat, J., et al., Restriction d’hétérogénéité des gammaglobulines sur l’électrophorèse des protéines sériques. Revue Francophone des Laboratoires, 2021. 2021 (531): p. 48-57.
9. Cellier, C.C., et al., L’électrophorèse des protéines sériques en biologie médicale : interférences et facteurs confondants. Revue francophone des laboratoires, 2018. 2018 (499) : p. 47-58.
10. Karfo, R., et al., Difficult immunofixation electrophoresis interpretation of serum proteins. The Pan African Medical Journal, 2018. 30: p. 130-130.



Revue SAI N° 06 : 1er Semestre 2022